L'art d'échouer

L’art d’échouer

Il fut un temps où j’écoutais l’énervement sans bornes d’une jeune fille qui jouait du hautbois. Elle avait en tête une image très précise de ce qu’elle souhaitait fabriquer comme son. Mais la réalité n’y ressemblait pas assez. Elle n’y était pas tout à fait. De sorte qu’elle pestait contre tout, son instrument, contre son professeur, contre tout mais jamais contre elle même…

Car la musique est sans pitié.

Pour produire un son de qualité il faut des heures et des heures d’entraînement.

 

Vous voyez l’analogie entre l’apprentissage de la musique et la conduite d’un projet professionnel ?

 

L'art d'échouer

 

Accepter de faire quelque chose qui ne correspond pas à ce que nous voulons tout en détestant cela, vouloir s’améliorer, avoir envie sur la durée, réaliser son ambition.

 

On oublie trop souvent, à l’heure du tout communication, qu’il y a derrière tout succès, toute grande réussite, toute grande création, un art savant de l’échec, qu’il soit individuel ou collectif…

 

Et vous, qu’est-ce que cela évoque pour vous dans votre activité professionnelle ? Comment conjuguez-vous la nécessité d’innover et la gestion de l’échec dans votre quotidien ?

 

 


Publié le 4 Oct 2016 dans Actualités devOp

Ces articles peuvent également vous intéresser