méthode trac discours

Pour contrer le trac : la méthode E.M.A

Le trac est un faux problème. On peut se noyer dans une étendue d’eau calme comme dans une mer houleuse. Et pourtant la crainte de se noyer sera plus grande face à une mer démontée. Dans un cas comme dans l’autre, le véritable enjeu reste de maintenir la tête hors de l’eau !

Savez-vous garder la tête hors de l’eau en toute circonstance, avec ou sans trac ? Savez-vous utiliser votre trac pour exceller en public, nager comme un poisson dans l’eau ? Là est la question…

Au lieu de chercher à contrer votre trac, faites-en un allié ! Bien utilisé, il peut vous rendre plus fort.

1° Libérez-vous de vos croyances

Non, le trac n’est pas votre ennemi

Pour tordre le cou au trac, commençons par l’accepter : il ne quitte jamais un bon orateur. Vous l’aurez même devant des « mers calmes », c’est-à-dire des auditoires perçus comme aisés. Un bon orateur ne néglige aucun auditoire. Il sait que le trac ne vient pas de ses auditeurs mais de son désir personnel d’excellence et de la peur de ne pas être aussi bon qu’il le souhaite. Si certains managers nous paraissent ne pas être concernés par le trac, c’est qu’en fait, ils le gèrent bien !

Le trac nous humanise !

Dans la plupart des prises de parole en public, le trac rend l’orateur sympathique. Cicéron, le maître des orateurs, écrivait : « L’orateur même le meilleur, s’il ne s’intimide pas au moment de prendre la parole paraît être un effronté » (De Oratore).

Dès que le trac apparaît, n’essayez pas de raisonner. Le raisonnement ne fera que renforcer le trac. Essayez plutôt de bouger, par exemple balancez les bras, sautillez, tassez-vous en expirant. Sarah Bernhardt s’élançait sur scène en hurlant pour calmer le trac qui la paralysait.

Le seul remède : AGIR. Voyons comment.

2° Pratiquez la méthode E.M.A. !

Cette méthode se décline sur trois niveaux :
E.M.A = Enthousiasme, Mobilisation, Action

l’Enthousiasme nous pousse à parler

Faites en sorte de bien connaître votre sujet, de le pratiquer ou d’en avoir l’expérience… et souvent vous découvrirez que vous aimez cela.
Concentrez-vous aussi sur ce que vous pouvez apporter aux autres, vous entrez ainsi dans une dynamique vertueuse, vous ne subissez plus mais agissez.

Mobiliser l’interlocuteur, le persuader, le faire adhérer

Forgez votre détermination sur l’objectif que vous voulez atteindre : que souhaitez-vous que les autres disent, fassent ou pensent et comment comptez-vous l’atteindre.

l’Action, mais laquelle ? Nous vous en proposons 3 : les 3 R

La méthode est simple :

  • Respirer
  • Remercier
  • Remuer !

R comme Respirer

Respirer, c’est se détendre par l’expiration, puis passer à l’action par l’inspiration. Pour atteindre rapidement un effet profitable, respirez par le ventre. En expirant plusieurs fois violemment et en laissant faire une bonne inspiration, les symptômes du trac auront disparu. Vous êtes sur la bonne voie.

R comme Remercier

Le « Merci du fond du cœur » a une action totale sur tout l’organisme qui s’ouvre, s’assouplit, se détend.
Avez-vous réellement envie de remercier vos interlocuteurs de vous avoir écouté, compris, apprécié ? Commencez par la … fin.
Pensez à leur dire merci d’entrée de jeu. Et … fini le trac !

R comme Remuer

Ralentissez vos gestes, contrôlez vos mouvements. Ni trop larges, ni trop anguleux, mettez de la rondeur et de la précision.
Evitez les gestes répétitifs : claquer le stylo, tirer les cheveux, agiter les jambes … qui ne sont que l’expression de pensées répétitives (d’obsessions).
Imaginez que vos gestes sont des fleurs que vous lancez à vos auditeurs. Ecartez les deux bras, ensemble ou séparément. Devenez, dans votre tête, un semeur et vos mots deviendront des graines. Le premier résultat sera d’ensemencer en vous un sentiment d’espoir et donc de confiance.

Le trac a disparu.


Publié le 19 Nov 2015 dans Communication managériale

Ces articles peuvent également vous intéresser