Managers, vous maîtrisez les techniques du management individuel. Toutefois, certains d’entre vous ont plus de difficulté à animer leur équipe. Or, animer une équipe, c’est le 2ème pilier du management… Sans ce 2ème pilier, c’est tout votre édifice managérial qui s’écroule !

Penser collectif et pas collection d’individus

Raymond Domenech a fait une erreur : il a sélectionné des joueurs très performants et en même temps, il n’a pas réussi à faire qu’ils se passent bien la balle ! Aymé Jacquet a bien entendu sélectionné des joueurs excellents. En même temps, il a créé une véritable équipe, un tout supérieur à la somme des parties, qui a permis à la France de gagner la coupe du monde de football en 1998.

Animer, au sens étymologique, c’est donner de la vie, de l’âme.

Animer une équipe, c’est faire émerger ce tout supérieur à la somme des compétences individuelles. Animer une équipe, c’est ainsi obtenir plus de performance au travail. Et aussi plus de bien-être, l’appartenance à un collectif étant un des besoins psychologiques fondamentaux des individus.

Créer le « Nous »

Animer une équipe passe d’abord par la capacité du manager et de l’équipe à créer le nous. On distingue 2 leviers de création de cette identité collective :

  • L’esprit d’équipe, c’est-à-dire la solidarité, la reconnaissance entre équipiers et la confrontation bienveillante.
  • La cohésion, c’est-à-dire la force d’attraction entre les membres de l’équipe qui les fait converger vers ses objectifs communs.

Définir objectifs et règles de fonctionnement de l’équipe

Donc pas de cohésion d’équipe sans objectifs. Animer une équipe passe en premier lieu par la définition d’une vision partagée et par la pose du cadre de fonctionnement du collectif.

Au football, on joue avec des règles. Pour animer une équipe c’est pareil.

Ces règles de fonctionnement établissent les rôles et périmètres de chacun et comment l’équipe fonctionne : rituels collectifs, reporting, interfaces professionnelles entre équipiers…
Pour animer une équipe, le manager, qu’il soit hiérarchique ou transversal, veillera bien entendu à co-construire ces règles pour renforcer le nous, et évitera surtout de les imposer d’en haut !

Veiller à la qualité des processus objectifs et subjectifs

Les règles de fonctionnement décrites ci-dessus relèvent de ce qu’on appelle les « processus objectifs » : il s’agit des règles explicites de travail au sein de l’équipe.

Un deuxième type de processus est à considérer pour bien animer une équipe. Il s’agit des processus subjectifs, des règles implicites : la qualité du relationnel entre équipiers, la capacité à s’écouter, à se confronter tout en se respectant, etc.

Ne manquez plus rien !

​Inscrivez-vous tout de suite ​pour recevoir les prochaines publications de notre blog directement dans votre boite mail.


​​Ce formulaire est conforme au RGPD, ​​​en savoir plus

Pour bien animer une équipe, soyez vigilant à la qualité de ces deux types de processus :

  • L’un ne peut exister sans l’autre.
  • La qualité de l’un conditionne la qualité de l’autre.

En pratique, n’hésitez pas à dédier des temps de « cohésion » pour que les équipiers apprennent à mieux se connaître, sans se juger, dans un cadre à la frontière du professionnel…

Veiller à ce que chaque équipier ait sa place légitime

Pour animer une équipe, il faut d’abord valoriser la place de chacun dans le collectif. Animer une équipe, c’est déjà démarrer toute séance de travail par une « inclusion » des participants durant laquelle chacun va pouvoir partager son état d’esprit et exprimer ses attentes par rapport au thème de travail. Bref, avant le « nous », il est important que les « je » se sentent acceptés dans le collectif.

Animer une équipe, c’est ainsi s’assurer que tout le monde s’exprime à part égale et sans autocensure.

Abandonnez les débats durant lesquels seuls les extravertis s’expriment ! Proposez plutôt des réflexions individuelles préalables (et silencieuses) et des tours de table pour mieux partager ensuite les idées de chacun.

Réussir ses réunions

La réunion, c’est l’ADN de l’équipe. Plus les réunions sont performantes, plus l’équipe est performante.

Au-delà des règles de base (ODJ, termine à l’heure, chacun s’exprime), bien animer une équipe peut passer par l’utilisation des rôles délégués, qui tournent à chaque réunion : le rédacteur du compte-rendu, le gardien du temps, le décideur (en général le manager), l’animateur en tant que tel (prépare le processus d’animation de la réunion, passe la parole à chacun…) et enfin, le rôle de « méta » qui fera un retour à la fin de la réunion sur les points forts et axes d’amélioration du collectif.

Réguler l’équipe

Animer une équipe, c’est enfin trouver des temps de régulation pour son bon fonctionnement.

Il convient de réguler lorsque des tensions apparaissent ou que l’équipe a besoin d’évoluer. La position méta présentée plus haut permet en partie cette régulation. Des réunions peuvent être dédiées. D’autres techniques d’animation du collectif existent tels que séminaires de cohésion et coaching d’équipe.

Juliette Ricou : coach professionnelle et formatrice en management.

close

​Innover comme une startup

innover-start-up

​Notre carnet du moment en téléchargement libre :

​​Ce formulaire est conforme au RGPD, ​​​en savoir plus