Process Communication manager

Process Communication Management : savoir s’adapter à son interlocuteur.

Le Process Communication Model (ou PCM, ou Process Communication Management) est à la fois un outil de communication et un modèle de compréhension de soi et des autres. Très utilisé en politique, en particulier aux Etats-Unis, il est de plus en plus préconisé dans les entreprises pour mieux manager une équipe, mais également pour améliorer ses techniques de négociation.

L’histoire de la Process Com commence à la fin des années 70. Le docteur en psychologie Taibi Kahler propose un modèle innovant de compréhension des comportements humains. Contacté par la NASA pour l’aider à recruter ses astronautes avec la quasi-certitude qu’ils cohabiteraient parfaitement bien lors des expéditions, il met au point une véritable grille de lecture, un Inventaire Des Personnalités.

Connaître ces différents profils, et identifier celui qui prédomine chez votre interlocuteur ou votre collaborateur, c’est un moyen efficace d’optimiser la communication.

La Process Communication : un outil simple pour un management pragmatique

Taibi Kahler répertorie 6 types de personnalités, distincts par leurs comportements et leurs besoins : le travaillomane, le promoteur, le persévérant, le rêveur, l’emphatique et le rebelle, qui ont tous leurs points forts et leurs points faibles. Nous sommes tous une combinaison de ces 6 profils, mais l’un d’eux prédomine.

Pour communiquer avec un interlocuteur, il est très utile de parvenir rapidement à définir sa personnalité prévalante, et d’adapter son langage et son attitude à celle-ci.

Seul modèle de comportement statistiquement validé, la process com (s’avère efficace en management. En connaissant bien ses collaborateurs, leurs priorités, leurs besoins, leurs blocages, un manager a plus de recul pour gérer les conflits. Et puisqu’en situation de stress, chaque profil réagit différemment, la maîtrise de la Process Communication permet à un manager de sortir ses collaborateurs du blocage.

Une formation process com peut être très utile pour améliorer son management. Et pour vous donner un aperçu de ce modèle, voici le portrait de chacun de ces 6 types de personnalités. Vous y reconnaîtrez sans doute certains de vos collaborateurs…

Le travaillomane

Son moyen de perception, c’est la pensée factuelle, l’intellect. Le travaillomane est logique et rigoureux. Pour atteindre ses objectifs, il analyse, il classifie, il planifie. D’un abord assez froid, et d’une apparence très soignée mais sans aucune fantaisie, il ne travaille bien qu’en solo ou avec une équipe restreinte. Son espace de travail est à son image : organisé. C’est un profil majoritairement masculin, et le plus répandu en Occident, avec l’empathique.

Pour le motiver, son manager doit le reconnaître pour ses succès, et pour s'adresser à lui, il doit utiliser un ton direct, sans affect, en restant centré sur les faits.

L’empathique

Il est guidé par ses émotions. Il a besoin de se sentir aimé pour ce qu’il est plus que pour ce qu’il fait, et cherche à satisfaire ses 5 sens. Chaleureux, souriant, disponible et à l’écoute, il accorde beaucoup d’attention à la relation aux autres, et propose volontiers son aide. Mais il a peu d’assurance, et a tendance à se dévaloriser. Ce profil essentiellement féminin est typique des infirmières, des assistantes, des psychologues, et des métiers de service.

Son manager doit lui manifester de l'attention, et autant que possible s'intéresser à ses loisirs, à ses passions.

Le rebelle

Ce créatif perçoit le monde au travers de ses envies. Très réactif, spontané et drôle, il s’épanouit dans les contacts, et peut donner l’impression d’insouciance et d’irrévérence vis-à-vis de sa hiérarchie. Il cherche à marquer son originalité dans son attitude, son habillement et son espace de travail. C’est un profil très courant chez les artistes.

Pour lui faire passer un message, son manager doit avoir recours à l'humour, au jeu, et adopter une attitude décontractée.

Le promoteur

Ce challenger a besoin d’action. Il lui faut des sensations fortes, des défis à relever, un contexte stimulant et de nouveaux territoires à explorer. C’est un séducteur, un peu fanfaron, et son charisme en fait un bon orateur. C’est une personnalité pleine de ressources, qui s’adapte très facilement aux situations nouvelles, et qui rebondit aisément après un échec.

Son manager doit le laisser prendre des risques, sans trop le cadrer, et lui parler d'un ton franc et direct.

Le rêveur

Le rêveur est un solitaire qui se sert beaucoup de son imagination. Calme et modeste, il est assez distant, et donne souvent l’impression d’être indifférent à son environnement. Il lui faut impérativement son espace pour pouvoir méditer. Car c’est un bon visionnaire, capable de se projeter dans l’avenir.

Il a besoin de visualiser les choses avant de les faire, mais il a du mal à se lancer. Son manager doit donc lui donner des directives claires pour le motiver.

Le persévérant

On le reconnaît à sa propension à mettre en avant ses opinions. Son discours est ponctué de « je crois… », « à mon avis… », etc. Il est attentif, consciencieux et dévoué, et peut se donner corps et âme à une cause. Il n’accorde pas facilement sa confiance, mais il peut être un fidèle allié à condition qu’on partage ses valeurs. Il a besoin de se sentir utile,et de voir du sens dans ce qu’il fait.

Pour le motiver, son manager doit reconnaître son travail, et surtout respecter ses opinions, même s'il ne les approuve pas. Pour le recadrer, il vaut mieux pratiquer la reformulation.

La Process Communication Management, c’est avant tout l’art de l’observation.


Publié le 22 Août 2014 dans Communication managériale

Ces articles peuvent également vous intéresser