amelioration pérformance

Défi devOp #3 : 1 point à améliorer

Se donner l’envie de progresser

(Avertissement : ce billet est une invitation à bouger, les frileux s’abstenir !)amélioration continue

(Vous pouvez imprimer ou envoyer cette carte à un collaborateur)

Vous avez envie de faire bouger des lignes, mais vous n’avez pas encore réussi à transformer l’intention en action ? Voici quelques pistes qui aident à provoquer le changement et passer à l’action.

Vous pouvez solliciter votre entourage professionnel, et même personnel. Plus l’on a de points de vue sur soi, plus l’on obtient une photographie qui est proche de la réalité.
Quelles sont les 3 qualités que votre entourage apprécie le plus chez vous ? Les 3 points que vous pourriez améliorer, selon eux ?
Ces premiers retours ont l’avantage de vous permettre d’éclairer des axes sur lesquels il serait opportun de travailler, et que vous n’auriez pas forcément envisagé de vous-même. Cette démarche de feedbacks demande une grande dose d’auto-bienveillance et un entourage en qui l’on a confiance.

Pour affiner notre axe de travail, on peut ensuite faire le tour de tout ce qui nous entrave dans notre quotidien professionnel :

  • Qu’est-ce qui nous génère du stress ?
  • Qu’est-ce qui nous fait perdre du temps ?
  • Qu’est-ce qui génère des conflits avec nos collègues ?

Les points à améliorer ne sont pas forcément liés à notre efficacité, ils peuvent aussi concerner notre bien-être, notre plaisir à travailler en équipe, notre estime de soi !

Une autre étape majeure avant le « déclic » pour sortir de l’inertie, c’est la conviction que le changement sera positif. Pour avoir envie de provoquer un changement, il est utile de commencer par envisager les gains du changement.
Par exemple : vous éprouvez des difficultés à écrire des e-mails. Pour préciser cette intuition, vous pouvez procéder par listes :

  • Qu’est-ce qui me gène le plus ? (l’orthographe, la forme, la précision, etc.)
  • Qu’est-ce que cela entraine comme inconvénients ? (des malentendus, trop d’échanges, des réponses imprécises, etc).
  • Qu’est-ce que j’ai à gagner à changer ma manière d’écrire des e-mails ? (je gagnerais du temps, je serais mieux compris(e), etc.)

Cet exercice d’introspection, qui peut bousculer, génère en nous la motivation nécessaire pour mettre en place des solutions et accomplir notre plan d’action.

Il n’y a plus qu’à se souhaiter « bonne transformation » !


Publié le 25 Mar 2016 dans Actualités devOp

Ces articles peuvent également vous intéresser